Acheter un terrain à plusieurs afin d’y construire plusieurs maisons dans le but de faire des économies peut être une bonne opportunité. Le projet doit toutefois être bien bordé et la formule juridique choisie adaptée à la situation pour éviter tout conflit avec vos futurs voisins.

 

Concernant les économies qu’il est envisageable de réaliser, sachez qu’elles ne se feront ni sur le prix du terrain (le prix au m2 ne décroît pas en fonction de la taille), ni sur les frais de notaire basés sur le prix du terrain. Néanmoins, sur le prix de la construction vous pourrez espérer réduire votre facture en construisant des maisons mitoyennes, et, réduire nettement votre consommation d’énergie (chauffage). Dans une moindre mesure vous économiserez aussi sur les frais de raccordement.

 

Le plus gros enjeu de ce type de projet consiste à choisir la meilleure formule juridique pour encadrer les responsabilités de chacun sur le long terme. Voici les différentes possibilités qui s’offrent à vous :

 

  • Diviser le terrain en plusieurs parcelles : Cette solution semble la plus simple car chaque propriété est bien distincte, il faut cependant s’assurer que la division du terrain est possible (à vérifier auprès de la mairie). Prévoyez dans la promesse de vente une condition suspensive d’obtention de permis de construire, et assurez vous que la construction de maisons mitoyennes est conforme au PLU (Plan Local d’Urbanisme). Faites réaliser le découpage parcellaire par un géomètre.

 

  • Achat en copropriété : Cette solution plus contraignante peut-être une option si le terrain n’est pas divisible. Le terrain et le bâtiment constitueront les parties communes de la copropriété, et les deux logements les parties privatives. Attention, même si il est prévu un usage exclusif de chaque partie du terrain, vous serez solidaires et les prises de décisions devront êtres assumées à parts égales entre les copropriétaires, ce qui peut être source de conflits.

 

  • Achat en indivision : Dans ce cas vous êtes plusieurs propriétaires pour un bien, vous partagez donc les responsabilités ce qui peut être très risqué et compliqué. Notamment si l’un des propriétaires veut vendre, sans accord unanime la décision revient au Tribunal de Grand Instance.

 

  • Achat en SCI (Société Civile Immobilière) : Comme pour l’indivision, chaque partie est propriétaire du terrain et des constructions, ainsi les risques sont importants en cas de gros travaux à prévoir ou de revente du bien (ou revente de parts dans ce cas).

 

Il peut être tentant de se projeter à plusieurs dans un tel projet mais les risques sont importants, aussi, veillez à être bien conseillé, et évaluez précisément le gain d’une telle opération avant de vous engager.