Vous vous sentez à l’étroit dans votre maison ? Mais ne souhaitez pas déménager ? Plusieurs solutions d’agrandissement s’offrent à vous !

 

Le coût d’une extension est en moyenne de 1500/2000 euros/m2, le prix varie en fonction du type d’agrandissement choisi et des matériaux utilisés (ossature bois, parpaing...). Passons en revue les différentes options qui s’offrent à vous, ainsi que les formalités inhérentes à ces travaux.

 

Avant de choisir le type d’agrandissement souhaité, il est impératif de consulter le Plan Local d’Urbanisme et le Plan d’Occupation des Sols de de votre commune. Vous aurez ainsi une idée précise des dimensions et emplacements possibles, et des contraintes urbanistiques liées à la réalisation d’une extension.

 

Plusieurs types d’agrandissement existent avec des coûts différents, le choix dépendra avant tout de la configuration actuelle de votre maison, et, des possibilités que permet la superficie de votre terrain.

 

L’extension de maison latérale :

Il s’agit de la solution la plus courante, dès lors que la surface de votre terrain vous le permet. Il s’agit de prolonger la maison existante dans sa continuité. Vous aurez également la possibilité d’inclure un étage en suivant la hauteur de la construction initiale. Cette solution peut être idéale pour aménager un nouveau salon ou une suite parentale.

 

L’extension en surélévation :
Cette solution qui consiste à ajouter un ou plusieurs étages est idéale pour les petits terrains mais plus coûteuse. Une ossature bois sera alors privilégiée afin de ne pas trop alourdir la construction existante. Cette surélévation peut être totale ou partielle.

 

L’extension en excavation :
Elle permet de rendre un sous-sol habitable en creusant les fondations. L’inconvénient majeur est que cette extension sera peu lumineuse. Son intérêt dépend donc du type de pièce que l’on souhaite ajouter à sa maison (chambre d’amis, bureau).

 

L’extension annexe :

Elle consiste à construire une annexe indépendante à la maison principale, elle implique donc une surface de terrain suffisante. Le choix de ce type d’agrandissement dépend également de la fonction que l’on souhaite donner à cette espace (bureau, habitation pour les invités). En moyenne, une extension annexe coûte moins cher à réaliser.

 

D’autres types d’agrandissement moins onéreux sont également possibles : Le plus simple et le moins cher est l’aménagement des combles qui ne comporte pas de réels travaux de construction mais uniquement de l’aménagement, de l’isolation et la création d’une ouverture. Il faudra compter environ 900 euros le m2. La véranda peut également être une option moins coûteuse pour laquelle il existe un vaste choix de modèles et matériaux (prix moyen 1000 euros/m2). Le matériaux, le plus abordable sera l’ossature bois.

 

Concernant les formalités, un permis de construire sera nécessaire pour toute extension de plus de 40 m2 (ce seuil passe à 20 m2 si zone hors PLU), pour une surface plus petite une simple déclaration de travaux sera suffisante. Toutefois, si la surface habitable de votre maison dépasse les 150m2 après travaux il faudra impérativement faire appel à un architecte, et, déposer un permis de construire. La règlementation thermique applicable dépendra également de la surface de l’extension.

 

Dans tous les cas, consultez les règles locales d’urbanisme et, pensez à déclarer votre agrandissement à l’administration fiscale (dans les 90 jours qui suivent l’achèvement des travaux), et à votre assureur pour adapter votre contrat d’assurance habitation.