Le marché commence à ralentir

 

Après une année record en 2021 avec près de 1,2 million de transactions, les signes d'un ralentissement commencent à se faire sentir.

La Fédération nationale des agents immobiliers (Fnaim) s'attend en effet à une baisse de l'ordre de 15 % à 20 % du nombre de transactions cette année par rapport à 2021.
Ce ralentissement du marché est d'abord lié à une baisse de l'offre de biens à vendre. Mais la Fnaim constate aussi « un petit tassement de la demande » : une conséquence que l'on peut sans doute attribuer aux difficultés d'accès au crédit immobilier pour certains acheteurs potentiels. La remontée des taux et les nouvelles règles d'octroi (durée maximum de 25 ans et taux d'endettement plafonné à 35% assurance incluse) freinent mécaniquement le marché.

Enfin, si les professionnels de l'immobilier ne constatent pas d'annulation de transactions depuis le début du conflit en Ukraine, le contexte géopolitique peut peut-être amener des candidats à reporter leur projet.

 

Des taux à nouveau orientés à la hausse

 

En ce début du mois d'avril, la tendance haussière observée depuis 2 mois maintenant se poursuit.

Le taux de l'OAT 10 ans, un indicateur clé, s'installe désormais au-dessus de 1% depuis plusieurs jours. Il était de seulement 0,35% le 1er mars dernier, soit une hausse de prêt de 0,7% en l'espace de quelques semaines.

Notons que les taux des prêts immobiliers restent largement inférieurs au taux de l'inflation qui s'établit à 4,5% sur un an (de mars 2021 à mars 2022).

L'achat immobilier reste une valeur sûre et l'effet de levier du crédit un moyen de se constituer un patrimoine pérenne.

 

Inquiétude du côté du taux d'usure 0,5%

 

Le taux d'usure, au-delà duquel les banques ne peuvent pas prêter, vient d'être rendu public pour le 2ème trimestre : il est orienté à la baisse. 

Cette apparente bonne nouvelle est loin d'en être une : en effet, on va assister à un effet de ciseaux, les taux de crédit poursuivant leur hausse en ce début avril. Autrement dit, certaines dossiers risquent d'être refusés alors qu'ils étaient éligibles auparavant : faites-vous accompagner par votre courtier pour réussir votre projet !